Le fondamentalisme religieux c'est quoi ?

Forum Athée / croyant
Règles du forum
L’athéisme peut être considéré comme une attitude ou une doctrine qui ne conçoit pas l’existence ou affirme l’inexistence de quelque dieu, divinité ou entité surnaturelle que ce soit. C'est une position philosophique qui peut être formulée ainsi : il n'existe rien dans l'Univers qui ressemble de près ou de loin à ce que les croyants appellent un « dieu », ou « Dieu ».
Répondre
vic

[ Incroyant ] [ Athée ]
Avatar de l’utilisateur

Messages : 14016
Inscription : 07 juil. 2013, 16:15

Le fondamentalisme religieux c'est quoi ?

Ecrit le 21 févr. 2021, 13:37

Message par vic »

Quand une personne vous dit à propos de l'interprétation d'un texte religieux " ceci est ma vérité " , cette personne n'est pas réellement intégriste ou dangereuse . Quand la personne dit : " ceci est la vérité " , c'est du fondamentalisme religieux .

Je doute que des gens comme Soeur Thérésa , soeur emmanuelle , ou L' abbé Pierre prétendaient détenir la vérité quand à leur qualité à interpréter les évangiles par exemple .Ils avaient leur interprétation qu'ils savaient pertinemment personnelle , intime .

C'est tout à fait différent d'une lecture fondamentaliste .
La croyance est l'exact contraire de la preuve, et qu'un dieu utilise la croyance pour espérer démontrer son existence prouverait l'absurdité d'un tel dieu .On serait très loin de l'omniscience qu'on attribue à ce dieu imaginaire .

raison-et-foi

* [ Aucun rang ] *

Messages : 24
Inscription : 15 févr. 2021, 07:35

Re: Le fondamentalisme religieux c'est quoi ?

Ecrit le 21 févr. 2021, 13:47

Message par raison-et-foi »

La définition du fondamentalisme est une croyance religieuse ou pas en des idées radicales et peu nuancées.
D'un point de vue religieux, cela reviendrait à prendre au pied de la lettre certaines injonctions ou rituels religieux sans prendre en compte l'époque ou le contexte dans lequel ces écrits ont été réalisé.Il s'agit pour le fondamentaliste d'une vision non sujette à débat et qui est comme tu l'as dit LA vérité et non pas UNE vérité.Ceci ne laissant aucune place à la notion de relativisme, de subjectivité.

ChristianK

Christianisme [Catholique]
Avatar de l’utilisateur

Messages : 1115
Inscription : 09 janv. 2010, 14:46

Re: Le fondamentalisme religieux c'est quoi ?

Ecrit le 02 avr. 2021, 18:56

Message par ChristianK »

Ceci est le sens élargi. Il vaut mieux cibler le sens originel: le "retour aux fontamentaux" chez des protestants usa vers 1880, donc un retour à la bible, en ce cas ci interprétée littéralement. A cause de ce dernier facteur le sens du mot a glissé, alors qu'on devrait parler de littéralisme. En soi le fondamentalisme n'a rien de péjoratif.
Même chose pour intégrisme: ca désigne un excès dans la lutte contre les hérésies modernistes dans le catholicisme 1910-1950. Ensuite on a mis le mot à toutes les sauces.

De soi, se livrer à des excès relativistes ou antidogmatiques est aussi étroitesse d'esprit et "intégrisme" dans le sens dérivé, bien que ce soit moins évident. Et, p.ex. les lefebvristes ne sont pas fondamentalistes puisqu'ils attaquent le fondamentalisme Vatican II qui ne veut pas que le concile soit remis en question.

Il vaut mieux éviter ces termes trop relatifs et garder le sens originaire.

UN exemple de ce qu'il ne faut pas faire:
" ceci est ma vérité " , cette personne n'est pas réellement intégriste ou dangereuse . Quand la personne dit : " ceci est la vérité " , c'est du fondamentalisme religieux .
Ceci signifierait que tout ce qui n'est pas relativisme subjectif en religion est intégriste, et ce serait aussi un intégrisme relativiste.

Les interprétations historico-critiques n'ont pas moins de prétention à la vérité objective (donc à l'intégrisme) que les interprétations littéralistes.
`10,000 difficultés ne font pas un seul doute` (Newman)

Eidola

Christianisme [Catholique]
Avatar de l’utilisateur

Messages : 165
Inscription : 25 févr. 2017, 17:49
Localisation : France

Re: Le fondamentalisme religieux c'est quoi ?

Ecrit le 02 mai 2021, 06:18

Message par Eidola »

Retour aux fondements ? C'est-à-dire ? Quels fondamentaux ?
La plupart des fondamentalistes vont considérer une interprétation des textes comme fondamentale alors que la plupart des autres croyants vont considérer une interprétation des textes comme la plus juste. Ce qui est bien différent.
La justesse peut évoluer. Le fondement ne bouge pas.

Ensuite, je pense que si on parle de fondamentalisme chrétien, la définition semble claire : "position religieuse qui soutient une interprétation stricte et littéraliste de textes sacrés". Le mot "littéraliste" veut tout dire.
Interpréter les textes dans leur sens littéral quand on sait que :
-Jésus parlait en parabole
-les textes ont été écrits par des hommes d'une certaine époque
-les textes ont subis de nombreuses traductions et le sens des mots peut varier d'une langue à une autre.
...Ca n'a pas de sens.

Ensuite, concernant l'intégrisme (qui est je pense liée au fondamentalisme) : c'est peut-être un scoop pour certains mais le sens des mots évoluent,le dictionnaire évolue. Et oui, le mot intégriste existe encore aujourd'hui et a un sens aujourd'hui.

Je cite le Larousse tout bête :
"Attitude et disposition d'esprit de certains croyants qui, au nom du respect intransigeant de la tradition, se refusent à toute évolution."

Donc, lorsqu'il y'a évolution dans le sens : "on ne retourne pas à ce qu'il se faisait avant (ou même bien avant)" il n'y a pas intégrisme. Après que les évolutions soient bonnes ou mauvaises c'est un autre débat.
Et donc non, être "excessivement relativiste" n'est pas être intégriste, au contraire. Une personne qui remet en question le statu quo et les dogmes pour penser demain n'est pas intégriste vu qu'il remet justement en questions les tradition et questionne ou propose une évolution.

L'intégrisme relativisme est un contre-sens et ça n'a jamais existé.
"La réalité est inséparable des médiations par lesquelles on s'en saisit." (J.Breschand)

Estrabolio

[ Incroyant ] [ Athée ]
Avatar de l’utilisateur

Messages : 9741
Inscription : 02 mai 2014, 03:20
Réponses : 1

Re: Le fondamentalisme religieux c'est quoi ?

Ecrit le 02 mai 2021, 06:58

Message par Estrabolio »

Bonjour Eidola,
Tout à fait d'accord, que veut dire revenir aux fondements ?
Par exemple, lorsque des fondamentalistes juifs refusent d'appuyer sur le bouton d'un ascenseur un jour de shabbat ou lorsqu'il y a quelques années certains avaient tendu des filins d'acier en travers de certaines rues pour empêcher la circulation des motos pendant le shabbat, sur quels fondements s'appuyaient-ils ?
Que je sache, il n'est pas écrit que faire de la moto ou appuyer sur un bouton est interdit pour le shabbat et quant à estimer que c'est un travail, c'est une question d'interprétation !

Donc, le fondamentalisme n'a plus le sens de revenir à la source comme ont pu le faire certains mouvements protestants au 19ème siècle.
Je trouve la définition de l'Encyclopédia Universalis assez juste (mais bon, ce n'est que mon avis)
"Par fondamentalisme, on désigne au sens large toutes les radicalités religieuses qui défendent une conception intransigeante de la religion, au risque d'une confrontation avec la société environnante"

Comme le résumait Vic, c'est dire "c'est la vérité" et, de fait, exclure toute autre vision des choses que la sienne.

Bon dimanche à tous :)

indian

[Religion] Foi pluralisme
Avatar de l’utilisateur

Messages : 27139
Inscription : 25 avr. 2014, 10:14

Re: Le fondamentalisme religieux c'est quoi ?

Ecrit le 02 mai 2021, 07:05

Message par indian »

Estrabolio a écrit : 02 mai 2021, 06:58
Tout à fait d'accord, que veut dire revenir aux fondements ?

Bon dimanche à tous :)

l'écologie.
Unir l'humanité. Un seul Dieu. Les grandes religions de Dieu. Femmes, hommes sont égaux. Tous les préjugés sont destructeurs et doivent être abandonnés. Chercher la vérité par nous-mêmes. La science et la religion en harmonie. Nos problèmes économiques sont liés à des problèmes spirituels. La famille et son unité sont très importantes.

vic

[ Incroyant ] [ Athée ]
Avatar de l’utilisateur

Messages : 14016
Inscription : 07 juil. 2013, 16:15

Re: Le fondamentalisme religieux c'est quoi ?

Ecrit le 06 mai 2021, 12:03

Message par vic »

a écrit :Eidola a dit : L'intégrisme relativisme est un contre-sens et ça n'a jamais existé.
En matière de croyance oui . Qu'on le veuille ou non , les superstitions ou les croyances sont des vérités relatives . Puisqu'elles ne se démontrent pas , ne se vérifient pas par la raison, ou même les sens . Les sens ont accès au naturel , pas à ce qui est surnaturel et en dehors de la nature . La foi parle de quelque chose de relatif , car en dehors de ce que n'ont peut vérifier objectivement .
a écrit :Christian K a dit : Ceci signifierait que tout ce qui n'est pas relativisme subjectif en religion est intégriste
Pas du tout .
A partir du moment où tu parles d'un au delà ( surnaturel) , que personne ne peut vérifier d'un point de vue objectif , ce qui est intégriste c'est de parler de ce qui est écrit sur le sujet comme "la vérité" , au lieu de dire c'est "'ma vérité " .
Lorsqu'on parle de croyance , le relativisme est une objectivité ; pas un dogme ou un intégrisme quelconque .
La croyance est l'exact contraire de la preuve, et qu'un dieu utilise la croyance pour espérer démontrer son existence prouverait l'absurdité d'un tel dieu .On serait très loin de l'omniscience qu'on attribue à ce dieu imaginaire .

Eidola

Christianisme [Catholique]
Avatar de l’utilisateur

Messages : 165
Inscription : 25 févr. 2017, 17:49
Localisation : France

Re: Le fondamentalisme religieux c'est quoi ?

Ecrit le 10 mai 2021, 02:17

Message par Eidola »

vic a écrit : 06 mai 2021, 12:03 En matière de croyance oui . Qu'on le veuille ou non , les superstitions ou les croyances sont des vérités relatives . Puisqu'elles ne se démontrent pas , ne se vérifient pas par la raison, ou même les sens . Les sens ont accès au naturel , pas à ce qui est surnaturel et en dehors de la nature . La foi parle de quelque chose de relatif , car en dehors de ce que n'ont peut vérifier objectivement .

A partir du moment où tu parles d'un au delà ( surnaturel) , que personne ne peut vérifier d'un point de vue objectif , ce qui est intégriste c'est de parler de ce qui est écrit sur le sujet comme "la vérité" , au lieu de dire c'est "'ma vérité " .
Lorsqu'on parle de croyance , le relativisme est une objectivité ; pas un dogme ou un intégrisme quelconque .
Tu confonds relatif et relativiste.

Est relatif ce qui reste à prouver, à discuter, ce qui pourrait être validé ou invalidé par des facteurs variés mais qui laisse ouvert la discussion car aucune science ou vérité objective n'a tranché.

Est relativiste ce qui tend à accepter le relatif en son sein. Une croyance relativiste c'est une croyance ou on accepte que plein de facteurs peuvent modifier notre conception de Dieu, de la foi, de la communauté religieuse, notre lecture des textes, etc. Être un croyant relativiste c'est accepter que l'on ne sait pas et que par conséquent on accepte le relatif au sein même de nos croyances. Mais du coup l'intégrisme religieux, c'est complètement l'inverse. On n'admet pas le doute, l'évolution, la différence. On estime qu'il n'y a qu'une seule bonne façon de dire et de faire. C'est pas du tout relatif. Un croyant intégriste croit que seule sa façon de vivre la foi et la religion est la bonne. Il n'y a rien de relatif.

Donc ok, on peut dire que les croyances sont relatives. Éventuellement que le concept d'intégrisme est relatif. Mais non, l'intégrisme n'est pas relativiste, bien au contraire.
"La réalité est inséparable des médiations par lesquelles on s'en saisit." (J.Breschand)

ChristianK

Christianisme [Catholique]
Avatar de l’utilisateur

Messages : 1115
Inscription : 09 janv. 2010, 14:46

Re: Le fondamentalisme religieux c'est quoi ?

Ecrit le 01 juin 2021, 20:55

Message par ChristianK »

Eidola a écrit :Retour aux fondements ? C'est-à-dire ? Quels fondamentaux ?
Ceux du protestantisme, essentiellement sola scriptura
La plupart des fondamentalistes vont considérer une interprétation des textes comme fondamentale alors que la plupart des autres croyants vont considérer une interprétation des textes comme la plus juste. Ce qui est bien différent.
La justesse peut évoluer. Le fondement ne bouge pas.
Exact, mais le retour aux fondamentaux protestants réfère à l’écriture, pas essentiellement au littéralisme; c’est seulement ensuite que ces fondamentalistes deviennent littéralistes, mais ce n’est pas impliqué logiquement, c’est juste un fait historique. D’ailleurs les autres croyants protestants ayant une interprétation la plus juste se réfèrent aussi au fondement, ie.sola scriptura. Il y aurait grand progrès sémantique à éliminer totalement « fondamentalisme » et à le remplacer par « littéralisme excessif »
Ensuite, je pense que si on parle de fondamentalisme chrétien, la définition semble claire : "position religieuse qui soutient une interprétation stricte et littéraliste de textes sacrés". Le mot "littéraliste" veut tout dire.
Exact historiquement, mais logiquement un retour aux fondamentaux biblique n’implique pas le littéralisme
Interpréter les textes dans leur sens littéral quand on sait que :
-Jésus parlait en parabole
-les textes ont été écrits par des hommes d'une certaine époque
-les textes ont subis de nombreuses traductions et le sens des mots peut varier d'une langue à une autre.
...Ca n'a pas de sens.
Ici je nuancerais. En théologie oui. Mais en religion et spiritualité ca peut avoir du sens, eg.pour un enfant, ou des hommes analphabètes du 10s siècle etc.
Ensuite, concernant l'intégrisme (qui est je pense liée au fondamentalisme)
Ca me parait un amalgame à éviter bien qu’il y ait des liens accidentels parfois; eg. L’intégrisme historique 1910-1950 reconnaissait très bien les genres littéraires et suivait les directives antimodernistes (avec excès) de Pie X, qui n’était pas bibliste littéraliste. Cf.les travaux du spécialiste sérieux Emile Poulat.
: c'est peut-être un scoop pour certains mais le sens des mots évoluent,le dictionnaire évolue. Et oui, le mot intégriste existe encore aujourd'hui et a un sens aujourd'hui.
Certes mais les évolutions sont souvent largement conventionnelles. La racine historique permet plus de précision. C’est comme le mot « fascisme » ou « impérialiste » dans la bouche d’un vieux communiste classique. Juste de la rhétorique sans valeur très souvent.
Je cite le Larousse tout bête :
"Attitude et disposition d'esprit de certains croyants qui, au nom du respect intransigeant de la tradition, se refusent à toute évolution."
Bon exemple d’ambiguité. A peu près personne ne sera intégriste en ce sens, il aurait fallu dire « à certaines évolutions », et avec excès. C’est l’idée d’excès qui est importante. Par exemple, au nom du respect intransigeant de la tradition des « intégristes » vont dire que Dieu est un être réel plutôt qu’un symbole.
Donc, lorsqu'il y'a évolution dans le sens : "on ne retourne pas à ce qu'il se faisait avant (ou même bien avant)" il n'y a pas intégrisme. Après que les évolutions soient bonnes ou mauvaises c'est un autre débat.
Oui, mais si on rejette excessivement et rigidement tout retour à ce qui se faisait avant, on se refuse aussi à toute évolution. Evolution ca va dans tous les sens, c’est relatif.
Exemple de confusions : certains disent que le latin-grégorien en liturgie est intégriste alors que c’est demandé par Vatican II (latin conservé, grégorien 1ere place, francais permis). Donc le concile sera intégriste.
Puis 2 poids 2 mesures : les vieux catholiques suivant Dollinger rejetant Vatican I rejettent l’évolution Vatican I et personne ne les dit intégristes alors que ca devrait être le cas avec la définition imprécise. Pourquoi? Pourquoi entend-on sans cesse le terme intégriste et jamais le terme hérésie moderniste, qui lui a vraiment été désigné hérétique par le catholicisme (avec serment antimoderniste, encore prononcé par les tradis)?

Autre exemple : En supposant que l’islam orthodoxe et normal donne préférence à un état confessionnel, le parisien moyen va parler d’intégrisme alors que ca n’a pas de sens, le critère de l’intégrisme devant être le dogme musulman lui-même; il ne peut pas y avoir d’excès si on est musulman orthodoxe et normal. De plus, Si on garde intégrisme pour désigner l’antimodernisme excessif ca ne pourra plus convenir à l’islam car le modernisme est une notion technique de théologie catho d’une certaine période, inapplicable à l’islam. Il faut un autre mot. ON évitera beaucoup de confusion.
Et donc non, être "excessivement relativiste" n'est pas être intégriste, au contraire. Une personne qui remet en question le statu quo et les dogmes pour penser demain n'est pas intégriste vu qu'il remet justement en questions les tradition et questionne ou propose une évolution.
Faux. Un relativiste excessif peut vouloir interdire toute pensée non relativiste, et donc devenir intégriste, par exemple. Ceci est vrai aussi en philo. Des intégristes vont très bien questionner un dogme relativiste et un statu quo relativiste ou dominant ou excessif, et ils remettront en question les traditions (nouvelles) antitradition ou révolutionnaires (rien de plus conservateur que des positions ou partis révolutionnaires, souvent). L’antitradition peut être aussi excessivement rigide et déborder la droite raison
L'intégrisme relativisme est un contre-sens et ça n'a jamais existé.
Impossible. Toute pensée, toute doctrine peut devenir excessive. Seul le scepticisme ou relativisme purement personnel qui n’affirme rien est à l’abri de ca. Un relativisme doctrinal pose nécessairement que le non-relativisme est faux.


estrabolio a écrit :


Tout à fait d'accord, que veut dire revenir aux fondements ?
Par exemple, lorsque des fondamentalistes juifs refusent d'appuyer sur le bouton d'un ascenseur un jour de shabbat ou lorsqu'il y a quelques années certains avaient tendu des filins d'acier en travers de certaines rues pour empêcher la circulation des motos pendant le shabbat, sur quels fondements s'appuyaient-ils ?
Cet exemple juif ne concerne pas le « return to fundamentals » d’origine. C’est le problème dans le glissement des mots.
Certains fondamentalistes juifs pourraient très bien dire que cet exemple constitue un faux fondamentalisme. Encore plus problématique si les juifs de l’exemple ne se sont jamais désignés eux-mêmes sous l’appellation fondamentalistes. Et si c’est nous, de l’extérieur, qui appliquons le mot, c’est à nous-mêmes que nos devons poser la question « que veut dire revenir aux fondements ».
En fait ces juifs , probablement, veulent l’application de la thora, et un littéralisme se surajoute par après.
Donc, le fondamentalisme n'a plus le sens de revenir à la source comme ont pu le faire certains mouvements protestants au 19ème siècle.
Exact, mais il s’est ajouté beaucoup plus de glissements moins précis, à éviter.
Je trouve la définition de l'Encyclopédia Universalis assez juste (mais bon, ce n'est que mon avis)
"Par fondamentalisme, on désigne au sens large toutes les radicalités religieuses qui défendent une conception intransigeante de la religion, au risque d'une confrontation avec la société environnante"
« Au sens large » est une bonne idée. J’éliminerais l’idée de confrontation qui n’est pas nécessaire, et surtout j’ajouterais « excessive » à intransigeante. Contre exemple : Les religieux qui ne transigeaient pas avec l’athéisme des états communistes n’étaient pas intégristes en affirmant sans transiger que Dieu existait. Idem pour un Eglise qui serait dans un société sataniste, elle ne serait pas du tout fondamentaliste dans sa guerre spirituelle antimondaine, mais normale. Idem pour la lutte contre l’idéologie nazi révolutionnaire, anticonservatrice, antiréactionnaire (comme elle disait du parti zentrum catho ou des vieux nationalistes monarchistes)
c'est dire "c'est la vérité" et, de fait, exclure toute autre vision des choses que la sienne.
Je suis la vérité disait le Xt. Vatican II affirme que l’Eglise détient la plénitude des moyens de salut. C’est la vérité n’a rien de fondamentaliste, toute pensée philosophique est en ce cas. IL faudrait en plus exclure qu’il y ait quelque vérité que ce soit dans les autres positions; mais à peu près personne ne fait ca. Par exemple le levebvrisme reconnait qu’il y a énormément de vérités dans Vatican II etc. Probablement plus que les admirateurs de Vatican II n’admettent qu’il y a beaucoup de vérités dans le lefebvrisme etc. (mais je reconnais que c’est juste une question sociale d’être à la page ou non; officiellement l’Eglise reconnait très bien qu’il y a beaucoup de vérités dans le lefebvrisme, qui est à moitié réintégré)
`10,000 difficultés ne font pas un seul doute` (Newman)

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir à « Athéisme et Religions »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités