USA : augmentation de 74% du nombre de mosquées en 10 ans

Apprendre sur l'Islam religion de Mohammed
Règles du forum
La religion musulmane l'Islam, se veut une révélation en langue arabe de la religion originelle d'Adam, de Noé, et de tous les prophètes parmi lesquels elle place aussi Jésus. Ainsi, elle se présente comme un retour à la religion d'Abraham (appelé, en arabe, Ibrahim par les musulmans) du point de vue de la croyance, le Coran le définissant comme étant la voie d'Ibrahim (millata Ibrahim) c'est-à-dire une soumission exclusive à Allah.
Répondre
Soultan

[ Musulman ]
Avatar du membre
[ Musulman ]
Messages : 9053
Enregistré le : 08 mars14, 01:09
Réponses : 0

USA : augmentation de 74% du nombre de mosquées en 10 ans

Ecrit le 30 mai14, 03:11

Message par Soultan »

États-Unis : augmentation de 74% du nombre de mosquées en 10 ans

Le nombre des mosquées aux Etats-Unis a littéralement augmenté en dix ans, une croissance à «une vitesse incroyable» de 74% par rapport a l’an 2000 et rien ne montre que l'intégrisme s'accentue chez les jeunes musulmans, affirme mercredi un rapport.

D'après ce document intitulé « The American Mosquée 2011 », réalisé par le CAIR (Council on American-Islamic Relations), une organisation de défense des libertés civiles des musulmans américains, le pays compte 2.106 mosquées dans ses 50 états plus Washington, soit une augmentation de 74% par rapport à 2000, un an avant les attentats du 11 septembre 2001, quand il en comptait 1 209.

«Le nombre des mosquées a augmenté ces dix dernières années à une vitesse incroyable», indique le rapport à l'initiative du groupement Communautés et Foi Aujourd'hui (Faith Communities Today) qui l'explique par l'arrivée de nouveaux immigrants (Somalie, Irak, Afrique de l'ouest, Bosnie) et la prospérité croissante de la communauté.

La grande majorité des dirigeants des mosquées -87%- estimaient en 2011 que l'intégrisme n'augmente pas chez les jeunes mais qu'au contraire, « leur principal problème est de les faire venir et les garder à la mosquée », dit le rapport. Un quart d'entre eux pensent que « la société américaine est hostile à l'islam », beaucoup moins que les 50% en 2.000. 99% pensent que les musulmans doivent être impliqués dans les institutions américaines et 91% dans la politique.

192 mosquées sont situées dans la région de New York, 120 en Californie du sud, 166 au Texas et 118 en Floride. Le Montana en compte deux, où la population non chrétienne représente moins de 1 % de la population totale. Le nombre de mosquées est néanmoins faible comparé aux 322.000 églises chrétiennes, selon une estimation de l'Institut Hartford de recherche sur la religion.

« La communauté musulmane en Amérique est pleine d'énergie et fait de plus en plus partie du paysage américain », a affirmé l'auteur du rapport Ihsan Bagby. « Les musulmans américains se sentent chez eux », a ajouté Nihad Awad, responsable du Conseil sur les Relations Amérique-Islam, « ils croient au rêve américain et font confiance à leurs concitoyens ».

http://francais.islammessage.com/Article.aspx?i=4196

InfoHay1915

[ Aucun rang ]
Avatar du membre
[ Aucun rang ]
Messages : 3269
Enregistré le : 19 avr.15, 07:12
Réponses : 1

Re: USA : augmentation de 74% du nombre de mosquées en 10 ans

Ecrit le 27 nov.23, 02:02

Message par InfoHay1915 »

~ Liste de mosquées des États-Unis
-- https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_ ... États-Unis

~ List of mosques in the United States
-- https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_m ... ted_States

Image . Suite à la discussion ~ L’industrie de l’islamophobie. Comment la droite fabrique la haine des musulmans. Nathan LEAN (2017).
-- viewtopic.php?t=70833

je traduirai ici EN >> FR : https://translate.google.com/?sl=en&tl=fr&op=translate
dans cette discussion présente en particulier les deux chapitres :

~ pp.1-20 / Introduction : L'islamophobie de la guerre contre le terrorisme à l'ère de Trump

~ pp.21-51 / 1. Une histoire de la fabrication de monstres américains

Image -- https://ujfp.org/ ~ Bonne continuation aux internautes de bonne volonté en faveur de la paix en Palestine.

InfoHay1915
#283
C’est un crime que désapprouve l’humanité, l’islam et tous les musulmans ; mais ceux qui ignorent la vérité ne manqueront pas d’en jeter la responsabilité sur le fanatisme religieux. Témoignage oculaire 1915-1916 du génocide des arméniens par le chef bédouin syrien et avocat, Faïez El-Ghocein (Le Caire 1917)

Saint Glinglin

[ Aucun rang ]
Avatar du membre
[ Aucun rang ]
Messages : 25893
Enregistré le : 11 févr.13, 22:07
Réponses : 2

Contact :

Re: USA : augmentation de 74% du nombre de mosquées en 10 ans

Ecrit le 27 nov.23, 02:29

Message par Saint Glinglin »

InfoHay1915 a écrit : 27 nov.23, 02:02
A mort les Arméniens ! Sales koufars ! Allah akbar !

InfoHay1915

[ Aucun rang ]
Avatar du membre
[ Aucun rang ]
Messages : 3269
Enregistré le : 19 avr.15, 07:12
Réponses : 1

Re: USA : augmentation de 74% du nombre de mosquées en 10 ans

Ecrit le 27 nov.23, 14:39

Message par InfoHay1915 »

L'internaute 'Saint Glinglin', qui est actuellement sur ma liste de membres ignorés, a posté son message.
= Pages déjà traduites EN >> FR du livre de Nathan LEAN :
~ #pp.II-IV / Dédicaces : Wajahat Ali ~~ Karen Armstrong ~~ Reza Aslan ~~ Nihad Awad ~~ Juan Cole ~~ John L. Esposito ~~ Glenn Greenwald ~~ Mark Juergensmeyer ~~ Mark LeVine ~~ Ingrid Mattson ~~ Eboo Patel ~~ Tariq Ramadan ~~ Richard Wolffe
~ #p.IX / Table de matières
~ #p.X-XII / Remerciements
~ #p.XIII / Note de l'auteur
~ #pp.XIV-XVIII / Avant-propos de la première édition, John L. Esposito
~ #pp.XIX-XXIII / Avant-propos de la deuxième édition, Jack G. Shaheen
-- viewtopic.php?t=70833
= Pages prévues où traduire EN >> FR des chapitres du livre :

~ L'islamophobie, un nouveau racisme ? # Chapitre.2 ~ pp.52-83 / 'La haine sur Internet'
-- viewtopic.php?p=1528561#p1528561

~ Stop à l’islamophobie ! # Chapitre.4 ~ pp.102-139 / 'La bataille de la droite chrétienne pour les âmes musulmanes'
-- viewtopic.php?p=1528597#p1528597

~ Le plus Grand Subterfuge de la fashosphère islamophobe. # Chapitre.5 ~ pp.140-162 / 'L'influence de la droite pro-israélienne'
-- viewtopic.php?p=1528515#p1528515

~ USA : augmentation de 74% du nombre de mosquées en 10 ans # Introduction ~ pp.1-20 / 'L'islamophobie de la guerre contre le terrorisme à l'ère de Trump' # Chapitre.1 ~ pp.21-51 / 'Une histoire de la fabrication de monstres américains'
-- viewtopic.php?p=1528510#p1528510
Introduction ~ pp.1-20 / 'L'islamophobie de la guerre contre le terrorisme à l'ère de Trump'

(#p.1) Lorsque Craig Hicks, un costaud passionné d'armes à feu âgé d'environ 84 ans vivant dans le complexe d'appartements Finley Forest à Chapel Hill, en Caroline du Nord, s'est présenté pour la première fois à la porte de Deah Barakat, il s'est plaint des règles de stationnement du lotissement. Barakat, un étudiant dégingandé et charmant dont les parents étaient des immigrés syriens, n’en a pas fait grand cas. La vie était trop excitante pour s’inquiéter de voisins grincheux. Il venait juste d'emménager et se préparait à commencer une école de médecine dentaire à l'Université de Caroline du Nord cet automne. Comme si cela ne suffisait pas, il était également sur le point d'épouser l'amour de sa vie, Yusor Abu-Salha, un étudiant timide mais affable de l'université d'État de Caroline du Nord, à proximité, avec qui il était fiancé. La famille d’Abu-Salha était palestinienne et, même si elle portait le hijab, ou foulard musulman, elle s’intégrait parfaitement à la communauté du sud qu’elle appelait chez elle : elle aimait Call of the Duty (Appel du devoir), avait fréquenté un lycée public, avait fustigé Nicki Minaj depuis le système audio de sa voiture, et même si elle ne buvait pas d'alcool, elle adorait le thé sucré, ou « vin de table du sud », comme on l'appelle souvent en Caroline du Nord. Et le sport universitaire aussi. « J’aime mon thé sucré et mon football autant que n’importe qui. Mais en même temps, j’apprécie le fait que c’est très diversifié dans cette partie du Sud », a-t-elle déclaré.(.1*)

~ Chapel Hill, en Caroline du Nord -- https://fr.wikipedia.org/wiki/Chapel_Hi ... e_du_Nord)
~ l'université d'État de Caroline du Nord -- https://www.ncsu.edu/
-- https://fr.wikipedia.org/wiki/Universit ... ne_du_Nord

Le Triangle de la Recherche était en effet une partie diversifiée de l’État. Les opportunités offertes aux familles musulmanes et immigrées de communiquer les unes avec les autres dans les mosquées locales, les écoles islamiques ou les entreprises ont créé un sentiment de communauté au sein de la communauté : les Palestiniens et les Syriens appréciant les spécificités de leurs (#p.2) traditions religieuses ou ethniques tout en se considérant comme des Américains à part entière. Mais tout le monde ne les voyait pas ainsi. Craig Hicks, par exemple. Sa surveillance de style justicier des places de parking du complexe d'appartements a peut-être parfois ciblé d'autres résidents, mais il semblait avoir une étrange obsession pour Barakat. Presque tous les mois, il se présentait et se plaignait que les amis ou les membres de la famille du jeune homme de 23 ans se garaient sur les places réservées. À une occasion, il voulait que le message soit particulièrement clair, et ainsi, plutôt que de crier ou de faire une scène, il a simplement remonté sa chemise pour montrer à Barakat le pistolet qui pendait dans un étui à sa ceinture. (.2*). À cette occasion, peu de temps après qu'Abu-Salha ait emménagé avec Barakat après leur lune de miel, Hicks a frappé à leur porte. Cette fois, il était énervé. «Vous étiez trop bruyant, vous avez réveillé ma femme», leur a-t-il crié avec colère. Et encore une fois, il a montré son arme – un revolver noir .38 avec cinq cartouches supplémentaires et un chargeur rapide, le tout niché dans un étui mince. Des images de l'arme et de ses accessoires ont été présentées sur sa page Facebook. (.3*) Barakat, comme à son habitude, s'est montré poli et calme, et a essayé d'atténuer le moment de tension. Cependant, à l’intérieur de l’appartement, Abu-Salha et ses invités étaient secoués. L’avertissement de Hicks n’était pas difficile à comprendre : il déchargerait volontiers son arme à feu s’ils ne se conformaient pas à ses exigences.

TRADUCTION À SUIVRE UNE AUTRE FOIS.

Bonne continuation aux internautes de bonne volonté qui pourront apporter leur précieuse contribution au VIVRE ENSEMBLE. InfoHay1915
#315
PS - Merci aux internautes franco-musulmans de trouver un éditeur qui pourrait faire traduire ce livre et l'éditer.
Modifié en dernier par InfoHay1915 le 29 nov.23, 06:04, modifié 1 fois.
C’est un crime que désapprouve l’humanité, l’islam et tous les musulmans ; mais ceux qui ignorent la vérité ne manqueront pas d’en jeter la responsabilité sur le fanatisme religieux. Témoignage oculaire 1915-1916 du génocide des arméniens par le chef bédouin syrien et avocat, Faïez El-Ghocein (Le Caire 1917)

Saint Glinglin

[ Aucun rang ]
Avatar du membre
[ Aucun rang ]
Messages : 25893
Enregistré le : 11 févr.13, 22:07
Réponses : 2

Contact :

Re: USA : augmentation de 74% du nombre de mosquées en 10 ans

Ecrit le 27 nov.23, 20:55

Message par Saint Glinglin »

InfoHay1915 a écrit :
Je suis musulman et je hais les chrétiens.

InfoHay1915

[ Aucun rang ]
Avatar du membre
[ Aucun rang ]
Messages : 3269
Enregistré le : 19 avr.15, 07:12
Réponses : 1

Re: USA : augmentation de 74% du nombre de mosquées en 10 ans

Ecrit le 29 nov.23, 03:25

Message par InfoHay1915 »

L'internaute 'Saint Glinglin', qui est actuellement sur ma liste de membres ignorés, a posté son message.
Suite de mon message précédent concernant la traduction EN >> FR de l'Introduction ~ pp.1-20 / 'L'islamophobie de la guerre contre le terrorisme à l'ère de Trump' du livre de Nathan LEAN :
-- https://www.academia.edu/43951661/The_I ... a_Industry
§ caractères en italiques à réaliser

Le 10 février 2015, ce moment est arrivé. Dans un acte de rage impensable, l’ancien vendeur de pièces automobiles et « antithéiste » autoproclamé a fait irruption à l’étage et a frappé à la porte de l’appartement de Barakat, faisant trembler une plaque à proximité qui portait la phrase « Louange à Allah ». Barakat, Abu-Salha et sa sœur Razan, une étudiante en architecture confiante et soucieuse de sa famille à l'Université d'État de Caroline du Nord, qui aimait porter des casquettes snapback par-dessus son hijab, étaient à l'intérieur. La police a découvert leurs corps plus tard dans la soirée, après des appels faisant état de coups de feu. Barakat gisait mort devant la porte d'entrée, saignant d'une blessure par balle à la tête et de plusieurs autres blessures au corps. Selon les autopsies, Abu-Salha et sa sœur Razan ont également reçu une balle dans la tête, de manière exécutoire, l'une dans la chambre, l'autre sur le sol de la cuisine. (#p.3) Un témoin a déclaré à la police qu'il « avait remarqué un homme blanc, d'environ la quarantaine, portant une barbe et une calvitie sur le dessus de la tête, portant un manteau Carhartt doré, marchant vite depuis le à l'arrière de l'appartement. » Huit douilles d'obus ont été découvertes dans le salon. Ils correspondaient à l'arme de poing de calibre .357 que Hicks avait en sa possession lorsqu'il s'est ensuite rendu pour les trois meurtres. (.4*)

Une enquête pour crime de haine a été ouverte, mais après les premières investigations, un procureur américain de l'État de Caroline du Nord a déclaré que les meurtres « ne faisaient pas partie d'une campagne ciblée contre les musulmans. » (.5*) Au lieu de cela, ils ont suggéré qu'un conflit de stationnement a motivé le crime. Fait révélateur, dans l’espace d’une semaine après le déchaînement de Hicks, une poignée d’autres actes anti-musulmans se sont répercutés à travers le pays. Un homme de Houston a incendié un centre islamique ; deux hommes du Michigan ont battu un père musulman qui faisait ses courses avec ses enfants ; des vandales ont peint à la bombe les phrases « Fuck Allah » et « Maintenant, c'est un crime de haine » sur les murs d'une école de Rhode Island ; un temple hindou, que les vandales ont pris pour une mosquée, était orné des mots « Musulmans, sortez » ; et deux hommes musulmans ont été poignardés à l'extérieur d'un centre commercial du Michigan.(.6*)

* * *

Le climat politique et social qui a donné naissance au massacre de Chapel Hill était propice à de telles expressions de haine. Quatorze ans après le 11 septembre 2001, époque à laquelle beaucoup auraient pu s’attendre à un déclin du sentiment anti-musulman, ce n’est pas le cas. En fait, il était en hausse, et à la suite d’une montée du populisme européen et de l’élection présidentielle américaine naissante de 2016, qui commençait à toucher une corde nationaliste similaire parmi les électeurs potentiels, les immigrants et les minorités religieuses de toutes tendances différentes, ont été placés dans la ligne de mire. Les sondages du Pew Research Center de 2001 montrent que cette année-là, 59 % des Américains exprimaient une opinion favorable à l’égard des musulmans. (.7*) En fait, en mars de la même année, six mois avant que le pilote pirate de l'air Mohammad Atta et ses répugnants (#p.4) camarades terroristes n'entrent dans la psyché collective de la population de la république, 45 pour cent des Américains ont suggéré que leur les opinions des musulmans étaient généralement positives. (.8*)

Cependant, au cours de la première décennie du XXIe siècle, les choses ont rapidement commencé à tourner au sud, malgré le fait que la violence perpétrée par les musulmans était à des niveaux particulièrement faibles. En 2002, un rapport annuel publié par le FBI montrait que les crimes haineux contre les musulmans avaient augmenté de 1 600 % ; 28 incidents ont été signalés en 2000 et 481 deux ans plus tard. (.9*)En 2004, à peine un Américain sur quatre exprimait une opinion positive de l'Islam. Selon un sondage Pew Research, 46 % des personnes interrogées estiment que l'islam est plus susceptible que les autres religions d'encourager la violence. (.10*)

Pew n’est pas la seule organisation à remarquer une tendance à la hausse. L'année suivante, ABC News a publié un rapport montrant que 43 pour cent des Américains pensaient toujours que les musulmans avaient peu de respect pour les personnes d'autres confessions. En 2005, près de six Américains sur dix pensaient que l’Islam était une religion encline à la violence ; la moitié des personnes interrogées avaient une faible estime pour les musulmans.(.11*) En cinq ans, les chiffres ont complètement inversé : le même pourcentage d'Américains qui considéraient autrefois l'Islam sous un jour positif avait désormais l'opinion exactement opposée.

L’année 2006 s’est écoulée sans grand changement dans le malaise personnel des Américains à l’égard des musulmans. Un sondage du Washington Post a montré qu'alors que la guerre en Irak entrait dans sa quatrième année, la moitié des Américains avaient une vision négative de l'Islam.(.12*)

Alors que l’élection présidentielle américaine de 2008 se déroulait, Barack Obama était inondé d’une ferveur anti-musulmane croissante. Pour certains, son nom inconnu et ses antécédents remontant à l’Indonésie et au Kenya, pays natal de son père musulman, en ont fait une cible facile pour des récits sinistres qui mettaient en garde contre une prise de pouvoir musulmane à Washington. Le fait qu'Obama, qui allait devenir le premier commandant en chef afro-américain du pays, ait été qualifié de musulman par ses opposants (qui considéraient cette description inexacte comme une insulte) n'a fait qu'aggraver l'angoisse de certains milieux d'un pays déjà paranoïaque. électorat. Le climat politique était si sensible que le candidat Obama, un chrétien, a pris grand soin d'éviter toute circonstance qui pourrait être interprétée comme une affiliation avec l'Islam. (#p.5) À Dearborn, dans le Michigan, le personnel de campagne a déplacé deux femmes musulmanes portant le voile. d'une séance photo avec le futur président. N’importe quelle visite dans une mosquée aurait sûrement déclenché des cris féroces de la part de ses opposants. Comme l’a noté John Esposito, professeur d’études islamiques à l’université de Georgetown, l’hypersensibilité de la campagne sur la question faisait écho aux dénégations des prétendus sympathisants communistes pendant la guerre froide : « ‘Je ne suis pas musulman aujourd’hui et je n’ai jamais été musulman. » La déclaration du futur président, intentionnelle ou non, contenait l'hypothèse selon laquelle être musulman était une mauvaise chose. (.13*)

En 2012, environ 41 pour cent de l’opinion publique américaine rapportait des opinions défavorables à l’égard des musulmans – une amélioration par rapport à 2010, lorsque, selon une étude menée par l’Arab American Institute, 55 pour cent des Américains considéraient leurs compatriotes musulmans sous un jour négatif. (.14*) Pourtant, le fait que quatre Américains sur dix nourrissent une certaine antipathie à l’égard des musulmans indique que l’islamophobie n’est pas un préjugé susceptible de disparaître facilement. Comme l’a démontré la campagne de réélection d’Obama en 2012, cette politique était étroitement liée au drapeau de la politique. En effet, parmi toutes les conspirations qui ont tourmenté Obama au cours de son premier mandat, celle du « Birther », selon laquelle le président n’était pas né aux États-Unis et occupait donc illégalement le Bureau Ovale, a persisté.

En mars 2011, Donald Trump s'est assis pour une interview avec Good Morning America et, tout en laissant entendre qu'il envisageait de se présenter à la présidentielle, il a admis qu'il était un « peu » sceptique sur la question de la citoyenneté d'Obama, d'autant plus que, dans son discours, "Personne ne connaissait [Obama] en grandissant." (.15*) Ce commentaire a déclenché un incendie qui a enflammé le monde politique pendant des mois. Le Birthérisme, comme on l’a appelé, a été lancé et Donald Trump en était le visage. Même si certains ont considéré la controverse comme un spectacle carnavalesque, il s'agissait d'un moment critique dans l'histoire américaine car elle a rallié une base endormie d'électeurs conservateurs à prédominance blanche, issus de la classe moyenne, qui non seulement détestaient la politique du président démocrate en exercice, mais étaient également mécontents du fait que Obama – un Noir américain – était l’homme le plus puissant du monde. (#p.6) Là où un langage ouvertement raciste aurait été rapidement fustigé par la plupart, les récits sur le lieu de naissance du président, bien que fondés sur l'idée qu'il n'était « pas l'un des nôtres » ou « étranger », se sont glissés dans le discours politique. plus facilement. Mais en fin de compte, ce n’était pas et n’a jamais été sa nationalité qui était réellement préoccupante. Le véritable objectif de ceux qui réclamaient l’acte de naissance d’Obama était sa religion. Dans une interview accordée à Laura Ingraham en mars 2011, Donald Trump a dit exactement ceci :

Il [Obama] n’a pas d’acte de naissance, ou s’il en a, il y a quelque chose sur cet acte qui est très mauvais pour lui. Maintenant, quelqu’un m’a dit – et je ne sais pas si c’est mauvais pour lui ou non, mais ce serait peut-être le cas – que là où il est écrit « religion », il pourrait y avoir « musulman ». Et si vous êtes musulman, vous ne changez pas de religion, d’ailleurs. (.16*)

Il est remarquable qu’en septembre 2015, près de sept ans après son entrée en fonction, un Américain sur cinq pensait qu’Obama n’était pas né aux États-Unis ; 29 pour cent des répondants à un sondage de CNN ont déclaré que, malgré ses affirmations répétées selon lesquelles il était chrétien, ils pensaient qu'il était musulman - parmi les républicains, ce chiffre est passé à 43 pour cent.(.17*) Aux États-Unis, les anti - Les préjugés anti-immigrés et anti-musulmans se sont accrus. Une étude menée en 2014 par Zogby Analytics a révélé que 42 pour cent des Américains pensaient que les responsables de l'application des lois avaient raison de profiler les citoyens arabes et musulmans, et que la faveur envers les Arabes américains tombait à 36 pour cent, tandis que pour les musulmans, ce chiffre se situait à un peu plus d'un quart. la population. (.18*) Alors que la fin de la présidence d’Obama approchait et que la campagne présidentielle américaine de 2016 passait à la vitesse supérieure, ces opinions ont non seulement persisté, mais se sont même aggravées.

~ Barakat, Abu-Salha, and her sister, Razan -- www
~ a gold Carhartt coat -- www
~ Hicks’ rampage -- www
~ Rhode Island school -- https://en.wikipedia.org/w/index.php?fu ... arch&ns0=1
~ Chapel Hill massacre -- https://fr.wikipedia.org/wiki/Fusillade ... ll_en_2015
~ Pew Research Center -- https://fr.wikipedia.org/wiki/Pew_Research_Center
~ hijacker-pilot Mohammad Atta -- https://fr.wikipedia.org/wiki/Mohammed_Atta
~ FBI -- https://fr.wikipedia.org/wiki/Federal_B ... estigation
~ Dearborn, Michigan -- https://fr.wikipedia.org/wiki/Dearborn_(Michigan)
~ Prof John Esposito at Islamic studies at Georgetown University -- www -- www
~ Arab American Institute -- https://en.wikipedia.org/wiki/Arab_American_Institute
~ Good Morning America -- https://fr.wikipedia.org/wiki/Good_Morning_America
~ Laura Ingraham -- https://fr.wikipedia.org/wiki/Laura_Ingraham
~ Zogby Analytics -- https://zogbyanalytics.com/
Pour les prochaines pages-EN à transcrire, puis à formater [(#p.N) . (.X*) . caractères en italiques] avant la TRADUCTION AUTOMATIQUE.

Bonne continuation aux internautes francophones de bonne volonté sensibles aux rencontres amicales (et citoyennes) islamo-chrétiennes. Merci d'en parler autour de vous. InfoHay1915. #365
Modifié en dernier par InfoHay1915 le 06 déc.23, 07:57, modifié 5 fois.
C’est un crime que désapprouve l’humanité, l’islam et tous les musulmans ; mais ceux qui ignorent la vérité ne manqueront pas d’en jeter la responsabilité sur le fanatisme religieux. Témoignage oculaire 1915-1916 du génocide des arméniens par le chef bédouin syrien et avocat, Faïez El-Ghocein (Le Caire 1917)

InfoHay1915

[ Aucun rang ]
Avatar du membre
[ Aucun rang ]
Messages : 3269
Enregistré le : 19 avr.15, 07:12
Réponses : 1

Re: USA : augmentation de 74% du nombre de mosquées en 10 ans

Ecrit le 05 déc.23, 13:40

Message par InfoHay1915 »

TEXTE TRANSCRIT ET FORMATÉ CI-DESSOUS À PARTIR DE L'ORIGINAL PDF // PRÉPARATION DE LA TRADUCTION EN >> FR
Suite de mon message précédent concernant la traduction EN >> FR de l'Introduction ~ pp.1-20 / 'L'islamophobie de la guerre contre le terrorisme à l'ère de Trump' du livre de Nathan LEAN :
-- https://www.academia.edu/43951661/The_I ... a_Industry
~ Ted Cruz -- https://fr.wikipedia.org/wiki/Ted_Cruz
~ Donald Trump -- https://fr.wikipedia.org/wiki/Donald_Trump
~ Anderson Cooper -- https://fr.wikipedia.org/wiki/Anderson_Cooper
~ Candidate Ben Carson -- https://fr.wikipedia.org/wiki/Ben_Carson
~ Pew Research -- https://fr.wikipedia.org/wiki/Pew_Research_Center
~ Daniel Pipes -- https://fr.wikipedia.org/wiki/Daniel_Pipes
~ hyperinflation of 1923 -- https://fr.wikipedia.org/wiki/Hyperinfl ... _de_Weimar
~ Treaty of Versailles -- https://fr.wikipedia.org/wiki/Traité_de_Versailles
~ 1935 Nuremberg Laws -- https://fr.wikipedia.org/wiki/Lois_de_Nuremberg
~ Holocaust -- https://fr.wikipedia.org/wiki/Shoah
~ Great Recession -- https://en.wikipedia.org/wiki/Great_Rec ... ted_States
~ Great Depression -- https://en.wikipedia.org/wiki/Great_Dep ... ted_States

InfoHay1915
#461
Modifié en dernier par InfoHay1915 le 08 déc.23, 11:25, modifié 1 fois.
C’est un crime que désapprouve l’humanité, l’islam et tous les musulmans ; mais ceux qui ignorent la vérité ne manqueront pas d’en jeter la responsabilité sur le fanatisme religieux. Témoignage oculaire 1915-1916 du génocide des arméniens par le chef bédouin syrien et avocat, Faïez El-Ghocein (Le Caire 1917)

InfoHay1915

[ Aucun rang ]
Avatar du membre
[ Aucun rang ]
Messages : 3269
Enregistré le : 19 avr.15, 07:12
Réponses : 1

Re: USA : augmentation de 74% du nombre de mosquées en 10 ans

Ecrit le 08 déc.23, 11:22

Message par InfoHay1915 »

Suite de mon message précédent concernant la traduction EN >> FR de l'Introduction ~ pp.1-20 / 'L'islamophobie de la guerre contre le terrorisme à l'ère de Trump' :
-- à la suite de mon message précédent :
-- viewtopic.php?p=1528770#p1528770
~ concernant le livre de Nathan LEAN : The Islamophobia Industry (2012 + 2017)
-- https://www.academia.edu/43951661/The_I ... a_Industry
La montée de l’EI et ses attaques continues, les actes de terrorisme perpétrés par des musulmans en Amérique du Nord et en Europe et l’animosité suscitée au sein d’un électorat anxieux se sont révélés être une combinaison toxique. (#p.7) En novembre 2015, près de 60 pour cent de la population exprimait des opinions défavorables à l'égard de la foi musulmane, soit une augmentation de près de 20 pour cent par rapport à octobre 2001, un mois seulement après les attentats du 11 septembre. (.19*) Une vague de crimes haineux visant les communautés minoritaires, dont beaucoup sont musulmanes et arabes, a secoué les villes urbaines et les villages ruraux américains, avec des incendies de mosquées, des vandalismes domestiques, des agressions physiques, des menaces et des meurtres devenant monnaie courante. aux Etats-Unis. Lorsque Donald Trump a finalement jeté son chapeau sur le ring, les candidats du Parti républicain ont été contraints d’adopter des positions plus dures sur les questions d’immigration et de sécurité intérieure, ce qui a finalement nécessité de rivaliser pour savoir qui serait le plus dur envers les musulmans. Le candidat Ben Carson a déclaré qu’un Américain musulman ne pourrait jamais être président des États-Unis car, selon lui, la religion islamique et la Constitution étaient incompatibles. Ted Cruz a dorloté les théoriciens du complot qui mettaient en garde contre une prise de contrôle de l’Amérique par les musulmans. Trump a évoqué la possibilité d’un test religieux pour la citoyenneté et a vanté une « interdiction des musulmans » qui suspendrait l’immigration en provenance de plusieurs pays à majorité musulmane à travers le monde. Dans une interview accordée à CNN en mars 2016, il a clairement exprimé ce que pensaient nombre de ses partisans. « Je pense que l’Islam nous déteste », a-t-il déclaré à Anderson Cooper. La guerre contre « l'islam radical », a-t-il ajouté, était « très difficile à définir » car « on ne sait pas qui est qui ». (.20*) À l'époque, beaucoup ont rejeté cette rhétorique comme étant le bavardage habituel des élections à enjeux élevés. . La possibilité que des idées aussi nocives parviennent un jour à pénétrer dans les couloirs du pouvoir semblait absurde à beaucoup.

* * *


L’arc des préjugés et de la discrimination anti-Autre est long. Les sociétés d’Europe et d’Amérique du Nord ont été, au cours de leur histoire, aux prises avec des populations qui, selon elles, ne faisaient pas vraiment partie du tissu national essentiel, d’une manière odieuse. À l’origine d’une grande partie ou de la totalité de cette intolérance se trouve la xénophobie, la peur ou l’aversion intense à l’égard des étrangers.
(#p.8)
Dans la plupart des cas, le terme « étrangers » est utilisé pour décrire un groupe de personnes qui ne sont pas considérées comme faisant partie du groupe qui utilise le mot. Ils sont considérés comme des étrangers venus d’autres pays et dont les valeurs et les cultures sont différentes. Le sentiment prédominant chez de nombreux Américains de droite à l’égard des musulmans, par exemple, est qu’ils ne sont pas les bienvenus dans « notre » pays. Une telle férocité et un tel nationalisme obstiné reposent sur l'hypothèse que les musulmans sont des immigrants et que la religion de l'Islam n'est pas un système de croyance fluide ou sans frontières, mais plutôt originaire de loin et a, avec la relocalisation des populations du Maroc vers Bahreïn, envahi les États-Unis. Aux États-Unis et en Europe, de nombreux musulmans sont originaires d’ailleurs. Les statistiques le montrent. En 2005, plus de personnes originaires de pays à majorité musulmane sont devenues résidents permanents des États-Unis – près de 96 000 – qu’au cours de n’importe quelle année des deux décennies précédentes. (.21*) Aujourd’hui, Pew Research rapporte que plus de 64,5 % des musulmans aux États-Unis sont des immigrants de première génération. (.22*) En France, à la mi-2010, les musulmans représentaient plus des deux tiers de tous les nouveaux immigrants, et au Royaume-Uni, plus d'un quart. (.23*) À la suite des destructions infligées par l’Etat islamique en Syrie et en Irak, ces chiffres devraient augmenter au fil des années, une réalité qui a relancé les débats sur les plafonds d’immigration et la citoyenneté. Malheureusement, les craintes des populations immigrées se transforment souvent en racisme explicite. Ceci a été illustré par Daniel Pipes, un commentateur politique américain conservateur qui est considéré par beaucoup comme le grand-père de l'islamophobie aux États-Unis, qui a déclaré clairement dans un article de la National Review de 1990 :

Les sociétés d’Europe occidentale ne sont pas préparées à l’immigration massive de peuples à la peau brune cuisinant des aliments étranges et ne respectant pas exactement les normes d’hygiène germaniques… Tous les immigrants apportent des coutumes et des attitudes exotiques, mais les coutumes musulmanes sont plus gênantes que la plupart. De plus, ils semblent les plus résistants à l’assimilation. (.24*)
(#p.9)

Plus récemment, le membre du Congrès Steve King a fait écho à ce sentiment nativiste dans une série de tweets. « Nous ne pouvons pas restaurer notre civilisation avec les bébés de quelqu’un d’autre », a-t-il écrit, et il a déclaré avec colère que les immigrants du Moyen-Orient « importaient une culture différente, une civilisation différente, et que cette culture et cette civilisation, celles importées, rejetaient la culture de l’hôte ». (.25*)

De nombreuses personnes ont critiqué l’Islam et les musulmans pour les raisons décrites par Pipes et King. Ils croient que les immigrants ne peuvent pas ou ne veulent pas s'adapter aux cultures des pays vers lesquels ils s'installent. Cela repose sur l’idée inexacte selon laquelle les États-Unis ont historiquement appartenu à un groupe principal de personnes doté d’un système de valeurs fondamentales. Pourtant, les États-Unis n’ont pas de religion d’État, de système de classes ou d’ensemble de principes moraux généraux ; il est donc impossible de concevoir que les musulmans ou tout autre groupe puissent refuser une telle chose. Pourtant, les valeurs économiques capitalistes qui recoupent les idéaux sociaux nourrissent la suspicion selon laquelle les minorités ethniques, raciales et religieuses souhaitent profiter de libertés et d’opportunités de prospérité considérées comme typiquement américaines ou européennes.

Les peurs de l’étranger reposent également sur des suppositions géographiques qui sont devenues de plus en plus floues et hors de propos. Les musulmans américains et européens nés aux États-Unis et dans des pays comme la France et la Grande-Bretagne sont, pour les islamophobes, tout aussi étrangers que les immigrants. Même s’ils sont naturalisés ou citoyens de naissance, ils sont jetés dans le pot plus vaste de l’étrangeté qui désigne leurs différentes croyances religieuses comme des raisons valables pour en faire des parias. Les musulmans américains et européens sont considérés uniquement comme des musulmans, des étrangers dont l’identité religieuse est leur identité principale et, par conséquent, ils sont représentés comme étant inférieurs aux Américains et aux Européens non musulmans.

Cliver les identités de cette manière – c’est-à-dire séparer un aspect de la totalité d’une personne des autres aspects – est de nature expressément politique. En tournant les populations majoritaires contre les minorités et en exagérant les différences, certains dirigeants mondiaux ont pu faire avancer des programmes atroces.
(#p.10)
Dans le documentaire antiraciste de 1947 « Don't Be a Sucker », un film de 15 minutes produit par le ministère de la Guerre qui examine l'atmosphère rhétorique de division qui a alimenté la montée de l'Allemagne nazie, un agitateur se tient au sommet d'une caisse à savon sur un coin de rue américain dénonçant « la vérité sur les Noirs [sic] et les étrangers ». Il attaque les immigrés, les juifs, les catholiques, les francs-maçons et les noirs. Les hommes dans la foule hochent la tête en signe d'accord jusqu'à ce qu'ils appartiennent au groupe inclus dans les trash talks. Un Hongrois poli et à la voix douce explique à un jeune homme qui regarde la tirade que la même chose s'est déjà produite dans l'Allemagne d'avant la Seconde Guerre mondiale. Mais cette fois, les groupes attaqués avaient changé. Il a dit:

Les nazis savaient qu’ils n’étaient pas assez forts pour conquérir un pays unifié. Ils ont donc divisé l’Allemagne en petits groupes. Ils ont utilisé les préjugés comme une arme pratique pour paralyser la nation. Nous, les êtres humains, ne sommes pas nés avec des préjugés. Ils sont toujours faits pour nous. Fabriqué par quelqu'un qui veut quelque chose.

Adolf Hitler voulait quelque chose. Il voulait le pouvoir. Et il comprenait que les populations allemandes resteraient soumises et ignorantes dans un état de peur perpétuel. En 1933, la Grande Dépression avait poussé près de 6 millions d’Allemands au chômage. Les hommes erraient sans but dans les rues, se demandant comment ils allaient subvenir aux besoins de leurs familles avec les petits cadeaux du gouvernement, qui, duré à peine six mois, ne semblaient qu'ajouter l'insulte à l'injure. Beaucoup pensaient que le délire ne finirait jamais, et pour 224 000 personnes battues et épuisées, la seule chose qui, selon eux, pourrait mettre fin à leur chagrin insoutenable était le suicide. La misère était pratiquement universelle et l’Allemagne se trouvait dans une amère impasse.

Lorsque Hitler a pris les rênes du pouvoir en tant que chancelier, il avait devant lui une population quasi-squelette et un mouvement nazi qui s’était considérablement développé. Il a utilisé sa position et son influence pour lancer une campagne de peur qui a abouti à l'Holocauste. (#p.11) Hitler a blâmé les Juifs pour les malheurs qui sont arrivés à l'Allemagne. Les Juifs, dit-il, sont à l’origine de la perte de l’Allemagne pendant la Grande Guerre. Selon Hitler, le Traité de Versailles et l’hyperinflation de 1923 étaient également des initiatives menées par les Juifs et destinées à paralyser l’Allemagne. « La jeunesse juive attend des heures durant, espionnant la jeune Allemande sans méfiance qu'il envisage de séduire », écrit-il dans Mein Kampf. « Il veut contaminer son sang et la retirer du sein de son propre peuple. Le Juif déteste la race blanche et veut abaisser son niveau culturel afin que les Juifs puissent dominer. »

Dans les bus, dans les restaurants, dans les trains et sur les bancs des parcs, les Juifs devaient s'asseoir sur des sièges qui leur étaient réservés. Les écoliers juifs étaient tourmentés et les jeunes allemands apprenaient à haïr leurs camarades de classe. Avec l’adoption des lois de Nuremberg de 1935, les Juifs ont perdu leur droit d’être citoyens allemands ; ils ne pouvaient pas épouser des non-juifs et se voyaient même refuser les services médicaux de base dispensés par les médecins et les pharmaciens. L'antisémitisme en tant que racisme scientifique a atteint de nouveaux sommets. L’anéantissement systématique de 6 millions de Juifs par le régime nazi pendant la Seconde Guerre mondiale était, selon Hitler, la « solution finale de la question juive ».

* * *


La deuxième décennie du XXIe siècle a été bien préparée aux préjugés et à la discrimination. De nombreux économistes considéraient la crise financière de la fin des années 2000, ou, comme certains l’avaient appelée, la « Grande Récession », comme la plus grande chute économique depuis la Grande Dépression des années 1930. La bulle immobilière était devenue si grande qu’elle a éclaté, provoquant la chute de la valeur des titres liés aux prix de l’immobilier américain. Le gouvernement américain a renfloué les banques qui se noyaient sous leur propre dette. L’industrie automobile s’était effondrée, le marché boursier s’était effondré et des prêteurs prédateurs avaient escroqué des fortunes de citoyens sans méfiance. (#p.12) Le Fonds monétaire international a rapporté qu'entre 2007 et 2009, les banques américaines et européennes ont perdu plus de 1 000 milliards de dollars à cause d'actifs toxiques et de prêts douteux. Et en octobre 2009, le taux de chômage aux États-Unis était passé à 10,1 pour cent.
À SUIVRE UNE AUTRE FOIS. TRANSCRIPTION DU TEXTE ANGLAIS + FORMATER POUR POUVOIR TRADUIRE.
InfoHay1915 #485
C’est un crime que désapprouve l’humanité, l’islam et tous les musulmans ; mais ceux qui ignorent la vérité ne manqueront pas d’en jeter la responsabilité sur le fanatisme religieux. Témoignage oculaire 1915-1916 du génocide des arméniens par le chef bédouin syrien et avocat, Faïez El-Ghocein (Le Caire 1917)

InfoHay1915

[ Aucun rang ]
Avatar du membre
[ Aucun rang ]
Messages : 3269
Enregistré le : 19 avr.15, 07:12
Réponses : 1

Re: USA : augmentation de 74% du nombre de mosquées en 10 ans

Ecrit le 13 déc.23, 07:59

Message par InfoHay1915 »

ENTITÉS EN PATRONYMES ET TOPONYMES EN COURS D'ÊTRE LISTÉES (#pp.12-16)
~ Park51 Islamic community center in the summer of 2010,
~ The “Ground Zero Mosque,” as it was called, joined “Eurabia,” “death panels,” “creeping Sharia,” “stealth jihad,” and “terror babies”
~ In 2011, the death of Osama bin Laden,
~ the Arab American Institute,
~ Juan Cole, the author of Engaging the Muslim World
~ South Asian history at the University of Michigan,
~ Stop Islamization of America (SIOA),
~ Stop Islamization of Europe (SIOE).
~ Stop the Islamization of Nations (SION).

In some cases, financial ties bind the industry. Employer-to-employee relationships, exemplified in the link between the American blogger
~ Robert Spencer and his boss, David Horowitz
~ Jihad Watch
~ David Horowitz Freedom Center
~ Jerry Falwell, Pat Robertson, and John Hagee
~ Speaker of the House Newt Gingrich
Bonne continuation aux internautes favorables aux rencontres islamo-chrétiennes. InfoHay1915
#524
Modifié en dernier par InfoHay1915 le 20 déc.23, 07:56, modifié 5 fois.
C’est un crime que désapprouve l’humanité, l’islam et tous les musulmans ; mais ceux qui ignorent la vérité ne manqueront pas d’en jeter la responsabilité sur le fanatisme religieux. Témoignage oculaire 1915-1916 du génocide des arméniens par le chef bédouin syrien et avocat, Faïez El-Ghocein (Le Caire 1917)

InfoHay1915

[ Aucun rang ]
Avatar du membre
[ Aucun rang ]
Messages : 3269
Enregistré le : 19 avr.15, 07:12
Réponses : 1

Re: USA : augmentation de 74% du nombre de mosquées en 10 ans

Ecrit le 15 déc.23, 08:06

Message par InfoHay1915 »

(#p.12)Malgré les améliorations apportées au cours du deuxième mandat d'Obama, l'instabilité économique prolongée a cédé la place à des tensions sociales, tout comme des années auparavant, créant les bases de la montée du nationalisme et du sentiment anti-Autre qui ont éclaté d'en bas, jusque dans les dernières années de sa présidence. et au-delà. Les musulmans sont redevenus des réceptacles d’anxiété sociétale, et la droite, connaissant parfaitement le pouvoir de la peur, a utilisé le climat économique et politique fragile à son avantage. Avec la controverse qui a éclaté autour du centre communautaire islamique Park51 à l’été 2010, ils ont inventé le dernier mème effrayant d’une longue litanie de mots effrayants destinés à forger de vives divisions sociétales. La « mosquée Ground Zero », comme on l’appelait, a rejoint « Eurabia », « panels de la mort », « charia rampante », « jihad furtif » et « bébés du terrorisme » comme termes qui se sont glissés sans effort dans le discours politique public et ont alimenté la peur sans effort. beaucoup d’efforts concertés de la part de la droite. Ce n’est pas l’emplacement de la structure proposée qui inquiète ses opposants. Les projets de centres islamiques et de mosquées dans plusieurs autres endroits du pays, notamment au Tennessee, en Californie, au Kentucky, au Wyoming et en Ohio, se sont également heurtés à une résistance tout aussi féroce. La peur de la charia, ou loi islamique, qui s'est manifestée cette année-là par des épisodes de panique généralisés dans l'opinion publique, a marqué un nouveau sommet dans les illusions conspiratrices d'un groupe croissant qui, à la manière de Chicken Little, était déterminé à crier que le ciel nous tombait sur la tête. à cause des musulmans. Selon un pasteur chrétien radical de Floride, brûler des copies du Coran était le seul moyen raisonnable de répondre à un groupe religieux qui, selon certains, avait infiltré le moteur de recherche Internet Google en remplaçant la lettre « e » par le croissant islamique. Pour eux, les musulmans conquéraient le monde une chaîne de recherche à la fois.

En 2011, la mort d’Oussama ben Laden, le méchant cerveau du 11 septembre, a eu le potentiel de créer un changement radical dans l’image que le public a des musulmans. Étrangement, ce n’est pas le cas. (#p.13) Deux mois après l'annonce de la mort du chef d'Al-Qaïda par les forces américaines, le Religion News Service a annoncé que le sentiment anti-musulman s'était accru. (.26*) De plus, CNN a rapporté que la moitié des Américains seraient mal à l'aise avec une femme portant la burqa, une mosquée en construction dans leur quartier ou un homme musulman priant dans un aéroport. Quarante et un pour cent ont déclaré qu'ils se sentiraient mal à l'aise si un enseignant d'école primaire de leur communauté était musulman. (.27*) Le rôle de méchant public que Ben Laden avait longtemps joué a rapidement été occupé par les bourreaux masqués de l'Etat islamique, dont les vidéos grizzly de décapitations, d'assassinats publics et d'incendies ont circulé sur le Web en haute définition.

La menace de l’Etat islamique était réelle. Dans les villes américaines et européennes, des individus se réclamant du groupe ont mené des attaques contre des cibles civiles. Mais à l’instar de la panique qui a éclaté à propos du soi-disant « terrorisme islamique » de Ben Laden et de sa cohorte de criminels d’Al-Qaïda, le nombre réel d’attaques terroristes réussies sur le sol américain était assez faible et dérisoire en comparaison avec d’autres formes de violence. réalisées par les citoyens. En 2011, une étude menée par le Triangle Center on Terrorism and Homeland Security a révélé que depuis le 11 septembre, onze Américains musulmans avaient mené avec succès des attentats terroristes aux États-Unis. En l’espace de plus de neuf ans, ils ont tué 33 personnes. À titre de comparaison, le pays a été témoin d’environ 150 000 meurtres au cours de la même période. (.28*) Cinq ans plus tard, en 2016, le Centre a rapporté que 46 musulmans américains étaient associés à l'extrémisme violent cette année-là, soit une baisse de 40 % par rapport à l'année précédente. Cette année-là a été éclipsée par la fusillade dans la discothèque d’Orlando, au cours de laquelle 49 personnes, dont le tireur, ont été tuées – l’attaque la plus meurtrière dans le pays depuis le 11 septembre. Au cours des 15 années précédentes, les extrémistes musulmans ont tué en moyenne huit personnes par an aux États-Unis – un nombre de morts inférieur à 0,1 % des quelque 240 000 meurtres commis dans le pays depuis le 11 septembre. Malgré les projets de Trump d'imposer une interdiction de voyager qui bloquerait temporairement l'immigration en provenance de sept pays à majorité musulmane (Syrie, Irak, Iran, Libye, Somalie, Soudan et Yémen), les extrémistes de ces États n'ont tué aucun Américain depuis 2001. (.29 *)
(#p.14)

Quelle est alors la cause d’une montée constante et persistante du sentiment anti-musulman au fil des années ? Pourquoi, plus de 16 ans après le 11 septembre 2001, la peur, la méfiance et la haine envers les musulmans existent-elles à des niveaux aussi élevés ? Il s’avère que le spasme d’islamophobie qui dure depuis des décennies et qui a secoué les opinions publiques américaine et européenne est, en partie, le produit d’une confédération soudée et interconnectée de marchands de peur de droite. Depuis le jour où les avions ont frappé les tours, ils ont travaillé dur pour convaincre leurs compatriotes que les musulmans sont en train d’acquérir une dangereuse influence en Occident. Blogueurs fanatiques, politiciens racistes, chefs religieux fondamentalistes, experts de Fox News et sionistes religieux, ils ont une industrie de la haine : l’industrie de l’islamophobie. James Zogby, président de l’Institut arabe américain, a déclaré : « L’intensité [de l’islamophobie] n’a pas diminué et reste une veine très proche de la surface, prête à être exploitée à tout moment. » (.30*) Juan Cole, auteur de Engaging the Muslim World et professeur d'histoire moderne du Moyen-Orient et de l'Asie du Sud à l'Université du Michigan, est d'accord. Les Américains, a-t-il déclaré, « ont reçu le message de réagir de cette manière de la part de l’élite politique américaine, des médias et de certains intérêts particuliers ». (.31*)

Contrairement à la plupart des industries, où les produits sont fabriqués sous l’égide d’une entreprise, l’industrie de l’islamophobie est différente. Il est plus dynamique et flexible, avec diverses pièces mobiles qui ne sont pas attachées à une seule branche. Pourtant, ses fournisseurs rôdent sur le même terrain et sont connectés de nombreuses manières significatives. Au-delà de la légitimation du travail des uns et des autres, qui constitue un élément clé de leur mode de fonctionnement, l’industrie de l’islamophobie a exploité la puissance d’Internet pour étendre ses petits réseaux au sein d’organisations nationales et internationales. Souvent, un petit groupe qui lance des discours de haine anti-musulmans se développe avec le temps et finit par donner naissance à plusieurs spin-offs qui fonctionnent sous la même direction ou sous une direction similaire. (#p.15) Stop Islamization of America (SIOA), un groupe d'activistes islamophobes lancé par la blogueuse Pamela Geller, en est un exemple. Cette faction d’agitateurs s’est formée comme une émanation de leur organisation mère Stop Islamisation of Europe (SIOE). Les deux groupes ont attisé le sentiment anti-musulman sur leurs continents respectifs et se sont unis en juin 2010 pour leur rassemblement de gloire à New York contre le projet de centre communautaire islamique Park51. Dans l’espoir d’aller encore plus loin dans leur usine à peur, le SIOA et le SIOE ont annoncé une fusion en 2011, fondant Stop à l’islamisation des nations (SION).

Dans certains cas, des liens financiers lient l’industrie. Les relations d'employeur à employé, illustrées par le lien entre le blogueur américain Robert Spencer et son patron, David Horowitz, créent un environnement dans lequel chacun est censé participer activement aux discours islamophobes afin de recevoir un salaire mensuel, qui dans le cas de Spencer est assez lucratif. Spencer écrit quotidiennement des articles de blog pour Jihad Watch, une branche du David Horowitz Freedom Center, et écrit régulièrement pour FrontPage Magazine, un journal politique en ligne également géré par Horowitz. Ensemble, ils forment ce qu’Horowitz appelle une « famille petite mais manifestement efficace ». (.32*)

Quiconque contribue à une industrie en achetant ses produits le fait parce qu’il en a besoin. Ceux qui financent l’industrie de l’islamophobie ne sont pas différents. Derrière des individus comme David Horowitz et Robert Spencer se cachent des personnalités bien plus nébuleuses et idéologiques qui voient la promotion du sentiment anti-musulman comme une méthode nécessaire pour prendre le dessus dans une guerre cosmique qui se déroule à des milliers de kilomètres de là, en Cisjordanie. Les partisans extrémistes de la volonté d’Israël d’étendre son influence dans les territoires palestiniens sont souvent les principaux partisans du pugilisme pseudo-intellectuel que déploie l’industrie de l’islamophobie. Pour eux, mettre l’accent sur ce qu’ils considèrent comme la menace de l’Islam et des musulmans crée une atmosphère de moindre résistance à leur politique contre les Palestiniens. Leur argent – ​​et une grande partie – a subventionné des campagnes de propagande massives contre l’Islam et financé le travail des opposants anti-musulmans. (#p.16) Ce n’est donc pas une coïncidence si les personnages qui saignent verbalement le nez des musulmans sont les mêmes qui soutiennent avec tant d’ardeur et de ferveur la politique de colonisation d’Israël. Quelles que soient leurs convictions religieuses ou politiques, leur porte-monnaie profite de ces discours.

Les motivations idéologiques sont plus profondes que le sionisme de droite. Certaines parties de la communauté chrétienne évangélique fondent également leurs récits de foi sur une confrontation religieuse avec les musulmans. Dans les chaires à travers le pays, des prédicateurs charismatiques injectent dans leurs congrégations la peur d’une religion mondiale concurrente. Alors que l'élan initial de la ferveur anti-musulmane (et anti-Autre) de la droite chrétienne est venu de personnes comme Jerry Falwell, Pat Robertson et John Hagee, une nouvelle génération de « combattants de la liberté » pro-israéliens et brandissant la Bible a émergé de leurs rangs. En adaptant la transmission de leur message à la foule dominicale portant des jeans et aimant les groupes de louanges, ils ont attiré un essaim de jeunes adeptes qui non seulement partagent leur croyance en la vérité absolue du christianisme, mais sont également enthousiastes à l'idée de sortir le sermon. les portes des églises et dans les rues. Pour eux, il s’agit de bien plus qu’une simple croyance. Il faut agir.

Dans le cadre d’une étrange alliance à trois, des groupes chrétiens conservateurs se sont associés aux camps pro-israéliens et aux factions du Tea Party. (.33*) Les « théévangéliques », comme on les a surnommés, forment un groupe émotif et vocal et ont été en première ligne de la peur de la charia qui continue de s’emparer de la nation et du monde. Insistant sur le fait que la loi islamique est en train de s'emparer de l'Amérique, que le christianisme est le seul moyen et que les Palestiniens doivent céder leurs terres aux Juifs, ils ont implanté des sections d'activistes locaux dans les 50 États, faisant pression sur les élus pour qu'ils mettent en œuvre une législation qui bloquerait l'Amérique. menace musulmane soi-disant émergente. Le tohu-bohu de cette campagne a attiré tellement d'attention que des personnalités éminentes comme l'ancien président de la Chambre des représentants Newt Gingrich ont cédé à la panique, en faisant un élément central de son programme de campagne pour l'investiture républicaine à la présidentielle de 2012. L'adoption par Gingrich d'ouvertures anti-musulmanes a révélé ce que beaucoup savaient déjà mais, en marchant sur la corde raide du politiquement correct, ils ne diraient pas : l'islamophobie était en grande partie un élément incontournable de la droite politique. (#p.17)
À SUIVRE. MERCI À M. NATHAN LEAN POUR SON TRAVAIL JOURNALISTIQUE : L'ISLAMOPHOBIE EXISTE AUX USA ET ELLE EST INDUSTRIALISÉE... COMME SI DE RIEN N'ÉTAIT. Image
#550
C’est un crime que désapprouve l’humanité, l’islam et tous les musulmans ; mais ceux qui ignorent la vérité ne manqueront pas d’en jeter la responsabilité sur le fanatisme religieux. Témoignage oculaire 1915-1916 du génocide des arméniens par le chef bédouin syrien et avocat, Faïez El-Ghocein (Le Caire 1917)

InfoHay1915

[ Aucun rang ]
Avatar du membre
[ Aucun rang ]
Messages : 3269
Enregistré le : 19 avr.15, 07:12
Réponses : 1

Re: USA : augmentation de 74% du nombre de mosquées en 10 ans

Ecrit le 20 déc.23, 08:39

Message par InfoHay1915 »

Suite de mon message précédent concernant la traduction EN >> FR de l'Introduction ~ pp.1-20 / 'L'islamophobie de la guerre contre le terrorisme à l'ère de Trump' :
-- à la suite de mon message précédent :
-- https://forum-religion.org/viewtopic.ph ... 5#p1530145
~ concernant le livre de Nathan LEAN : The Islamophobia Industry (2012 + 2017)
-- https://www.academia.edu/43951661/The_I ... a_Industry

~ PAGE EN ANGLAIS TRANSCRITE À PARTIR DU TEXTE ORIGINAL PDF (PP.1-20) / FORMATÉ >> À TRADUIRE.
(#p.17)
That reality was evidenced again in 2016 as the race to replace Obama as commander-in-chief resulted in a barrage of anti-Muslim conspiracy theories, narratives, accusations, and flat-out lies on the part of Republican candidates. While some managed to stay above the fray, the general tenor of that party’s position on Muslims was alarmism and fear. The Grand Old Party (GOP) understood that antipathy toward immigrants and Muslims riled their bases and appeared to give them an edge over their Democratic foes whom they painted as soft on terrorism and weak on national security. As long as anti-Muslim sentiment was thought to bring out voters, it would continue to be beaten into a never-ending cycle of fear mongering.

In some cases, the net impact of negative beliefs about Muslims was dangerous. The Islamophobia industry had whipped up a fear so toxic that it occasionally spilled out into its only logical conclusion: violence. The environment that produced Craig Hicks and the long string of assaults and hate crimes against Muslims in the United States was the same environment that, earlier in 2011, resulted similarly in the slaughtering of innocent youth.

In Oslo, Norway, a white 30-something nationalist, who was obsessed with what he viewed as the growing influence of Islam, went on a killing spree, shooting 77 to death and injuring countless others. Among the dead were government leaders and youth Labor Party activists who he believed had contributed to lax immigration policies and the “Islamization” of Europe. Just before his gory spree began, he sent an email to his friends and supporters that included an attachment of his 1,700-page manifesto. Within its pages were hundreds of references to the peddlers of hate who comprise the Islamophobia industry. Their writings, it turned out, had inspired his worldview and engendered within his mind a fear so great that his only response was a lethal mixture of fuel and fertilizer, and a life-ending spray of expanding dum-dum bullets.

(#p.18) * * *

This book examines the dark world of monster making. It peers into the lives of a fear industry bent on scaring the public about Islam. It shows that the recent spike in anti-Muslim sentiment in the United States and Europe is not the result of a naturally evolving climate of skepticism but a product that has been carefully and methodically nurtured over the past decade and is only now in the second decade of the twenty-first century reaching its desired peak.

Discussions on Islamophobia in recent years, both within the academy and public discourses, have thoroughly parsed the neologism in hopes of arriving at some suitable definition. Though it is important in any such discussion to lay out explicitly the cognitive frameworks that shape the debate, it is easy to become trapped in unnecessary etymological roundabouts. Whether classified as a social anxiety or a psychological trauma brought on by a certain set of experiences, Islamophobia is, in its most simple terms, the fear of Islam and Muslims. It is that fear that then leads to hatred, hostility, and discrimination—characteristics that the Runnymede Trust cited to define Islamophobia in its seminal 1997 report. (.34*)

Someone who begins to exhibit these ugly characteristics does not do so without some prompting. And however disheartening it is to observe a pattern of social misbehaviors directed at any religious, ethnic, or racial minority, it cannot be forgotten that they are the manifestation of a greater metastasizing cancer. It is fear that wreaks havoc on the otherwise reasonable human anima and propels it in a specious direction. George Falconer, the English professor protagonist played by Colin Firth in the 2009 film A Single Man sums up this experience:

Fear, after all, is our real enemy. Fear is taking over our world. Fear is being used as a tool of manipulation in our society. It’s how politicians peddle policy and how Madison Avenue sells us things that we don’t need. (#p.19) Think about it. Fear that we’re going to be attacked, fear that there are communists lurking around every corner, fear that some little Caribbean country that doesn’t believe in our way of life poses a threat to us. Fear that black culture may take over the world. Fear of Elvis Presley’s hips. Well, maybe that one is a real fear. Fear that our bad breath might ruin our friendships … Fear of growing old and being alone.

Even the Second Epistle of Timothy has something to say about the unnatural and unreasonable nature of trepidation: “For God hath not given us the spirit of fear; but of power, and of love, and of a sound mind.”(.35*)

Few writers or scholars would be so bold as to argue that public fear and anxiety of Muslims is an entirely fabricated phenomenon. I hasten not to break their ranks and wade into the waters of what is certainly an untenable position. As I note in Chapter 1, world events most always tint our perceptive lenses and color our views of humanity. Violence on the part of Muslims is no exception and thus to some small degree, it must have felt quite natural and right after September 11, 2001 to ask uncomfortable questions about Islam. Likewise, as strange as the Red Scare now appears to those whose only knowledge of the Cold War comes from history books and documentaries, the stand-off between the Soviet Union and the United States, and the tensions and worries that ran rampant during that time, were real to many.

But this is about something else. This is about a concerted effort on the part of a small cabal of xenophobes to manufacture fear for personal gain. This is about the advancement of apocalyptic worldviews at the expense and even harm of a portion of the population. This is about a quest to paralyze the rational impulses of the human mind and inject into it a numbing dose of horror so intensely addictive that the fearful cannot help but beg for more.

This is a story beneath the surface, one that is often muffled by the daily beats of the very people discussed in these pages. It is my attempt to correct what I see as an unfair and imbalanced represen-tation of Islam and Muslims by calling attention to the small band of hucksters who benefit from the pain of others. (#p.20) To paraphrase a line from Zachary Lockman, professor of Islamic Studies and History at New York University, I expect that those who view the world in ways that are diametrically opposed to my own will take great issue with what follows. I delight in their protestations. For were they to find my narrative pleasing, I would feel as if I had done a great injustice. (.36*)
FIN DU TEXTE FORMATÉ DE L'INTRODUCTION / PP.1-20 : Islamophobia from the War on Terror to the Age of Trump À TRADUIRE
InfoHay1915
#635
C’est un crime que désapprouve l’humanité, l’islam et tous les musulmans ; mais ceux qui ignorent la vérité ne manqueront pas d’en jeter la responsabilité sur le fanatisme religieux. Témoignage oculaire 1915-1916 du génocide des arméniens par le chef bédouin syrien et avocat, Faïez El-Ghocein (Le Caire 1917)

InfoHay1915

[ Aucun rang ]
Avatar du membre
[ Aucun rang ]
Messages : 3269
Enregistré le : 19 avr.15, 07:12
Réponses : 1

Re: USA : augmentation de 74% du nombre de mosquées en 10 ans

Ecrit le 21 déc.23, 15:59

Message par InfoHay1915 »

Suite de mon message concernant la traduction EN >> FR de l'Introduction ~ pp.1-20 / 'L'islamophobie de la guerre contre le terrorisme à l'ère de Trump' :
-- à la suite de mon message précédent :
-- https://forum-religion.org/viewtopic.ph ... 5#p1530145
~ concernant le livre de Nathan LEAN : The Islamophobia Industry (2012 + 2017)
-- https://www.academia.edu/43951661/The_I ... a_Industry
(#p.17)
Cette réalité a été à nouveau mise en évidence en 2016, lorsque la course au remplacement d’Obama au poste de commandant en chef a donné lieu à un déluge de théories du complot, de récits, d’accusations et de mensonges flagrants anti-musulmans de la part des candidats républicains. Même si certains ont réussi à rester au-dessus de la mêlée, la teneur générale de la position de ce parti à l’égard des musulmans était l’alarmisme et la peur. Le Grand Old Party (GOP) a compris que l’antipathie envers les immigrés et les musulmans énervait ses bases et semblait lui donner un avantage sur ses ennemis démocrates, qu’il décrivait comme indulgents en matière de terrorisme et faibles en matière de sécurité nationale. Tant que l’on pensait que le sentiment anti-musulman pouvait attirer les électeurs, il continuerait à être entraîné dans un cycle sans fin d’alarmisme.

Dans certains cas, l’impact net des croyances négatives à l’égard des musulmans s’est avéré dangereux. L’industrie de l’islamophobie avait attisé une peur si toxique qu’elle débouchait parfois sur sa seule conclusion logique : la violence. L’environnement qui a donné naissance à Craig Hicks et à la longue série d’agressions et de crimes haineux contre les musulmans aux États-Unis était le même environnement qui, plus tôt en 2011, avait également abouti au massacre de jeunes innocents.

À Oslo, en Norvège, un nationaliste blanc d'une trentaine d'années, obsédé par ce qu'il considérait comme l'influence croissante de l'Islam, s'est lancé dans une tuerie, tuant 77 personnes et en blessant d'innombrables autres. Parmi les morts figuraient des dirigeants du gouvernement et des jeunes militants du parti travailliste qui, selon lui, avaient contribué au laxisme des politiques d'immigration et à « l'islamisation » de l'Europe. Juste avant le début de sa folie sanglante, il a envoyé un e-mail à ses amis et partisans contenant une pièce jointe de son manifeste de 1 700 pages. Dans ses pages se trouvaient des centaines de références aux colporteurs de haine qui constituent l’industrie de l’islamophobie. Il s’est avéré que leurs écrits avaient inspiré sa vision du monde et engendré dans son esprit une peur si grande que sa seule réponse fut un mélange mortel de carburant et d’engrais, et une gerbe de balles dum-dum en expansion qui mettaient fin à sa vie.

(#p.18) * * *


Ce livre examine le monde sombre de la création de monstres. Il s’intéresse à la vie d’une industrie de la peur déterminée à effrayer le public à propos de l’Islam. Il montre que la récente montée du sentiment anti-musulman aux États-Unis et en Europe n’est pas le résultat d’un climat de scepticisme évoluant naturellement, mais un produit qui a été soigneusement et méthodiquement entretenu au cours de la dernière décennie et qui n’en est qu’à sa deuxième décennie. du XXIe siècle atteignant son apogée souhaitée.

Les discussions sur l’islamophobie de ces dernières années, tant au sein du milieu universitaire que dans le discours public, ont analysé minutieusement le néologisme dans l’espoir d’arriver à une définition appropriée. Même s’il est important, dans tout débat de ce type, de définir explicitement les cadres cognitifs qui façonnent le débat, il est facile de se retrouver piégé dans des détours étymologiques inutiles. Qu’elle soit classée comme une anxiété sociale ou un traumatisme psychologique provoqué par un certain ensemble d’expériences, l’islamophobie est, dans ses termes les plus simples, la peur de l’Islam et des musulmans. C’est cette peur qui conduit ensuite à la haine, à l’hostilité et à la discrimination – des caractéristiques citées par le Runnymede Trust pour définir l’islamophobie dans son rapport fondateur de 1997. (.34*)

Quelqu’un qui commence à présenter ces vilaines caractéristiques ne le fait pas sans y être incité. Et aussi décourageant qu’il soit d’observer un ensemble de comportements sociaux inappropriés à l’encontre d’une minorité religieuse, ethnique ou raciale, il ne faut pas oublier qu’ils sont la manifestation d’un cancer métastasant plus grave. C’est la peur qui fait des ravages sur l’âme humaine par ailleurs raisonnable et la propulse dans une direction spécieuse. George Falconer, le professeur d'anglais protagoniste joué par Colin Firth dans le film A Single Man de 2009, résume cette expérience :

Après tout, la peur est notre véritable ennemi. La peur envahit notre monde. La peur est utilisée comme outil de manipulation dans notre société. C’est la façon dont les politiciens colportent la politique et comment Madison Avenue nous vend des choses dont nous n’avons pas besoin. (#p.19) Pensez-y. Peur d’être attaqués, peur qu’il y ait des communistes qui rôdent à chaque coin de rue, peur qu’un petit pays des Caraïbes qui ne croit pas en notre mode de vie ne constitue une menace pour nous. Peur que la culture noire ne s’empare du monde. Peur des hanches d’Elvis Presley. Eh bien, peut-être que celle-là est une vraie peur. Peur que notre mauvaise haleine puisse ruiner nos amitiés… Peur de vieillir et de se retrouver seul.

Même la deuxième épître de Timothée a quelque chose à dire sur la nature contre nature et déraisonnable de l’inquiétude : « Car Dieu ne nous a pas donné l’esprit de crainte ; mais de puissance, d'amour et d'esprit sain. » (.35*)

Peu d’écrivains ou d’érudits auraient l’audace d’affirmer que la peur et l’anxiété du public à l’égard des musulmans sont un phénomène entièrement fabriqué. Je m’empresse de ne pas briser leurs rangs et de me lancer dans une position certainement intenable. Comme je le souligne au chapitre 1, les événements mondiaux teintent le plus souvent nos lentilles de perception et colorent notre vision de l’humanité. La violence de la part des musulmans ne fait pas exception et donc, dans une certaine mesure, il a dû sembler tout à fait naturel, juste après le 11 septembre 2001, de poser des questions inconfortables sur l'Islam. De même, aussi étrange que la peur rouge paraisse aujourd’hui à ceux dont la seule connaissance de la guerre froide vient des livres d’histoire et des documentaires, la confrontation entre l’Union soviétique et les États-Unis, ainsi que les tensions et les inquiétudes qui sévissaient à cette époque. , étaient réels pour beaucoup.

Mais il s’agit d’autre chose. Il s’agit d’un effort concerté de la part d’une petite cabale de xénophobes pour fabriquer la peur à des fins personnelles. Il s’agit de l’avancement de visions du monde apocalyptiques aux dépens, voire au préjudice d’une partie de la population. Il s’agit d’une quête visant à paralyser les impulsions rationnelles de l’esprit humain et à y injecter une dose engourdissante d’horreur si intensément addictive que ceux qui ont peur ne peuvent s’empêcher d’en demander plus.

Il s’agit d’une histoire cachée, souvent étouffée par le rythme quotidien des personnes évoquées dans ces pages. C’est ma tentative de corriger ce que je considère comme une représentation injuste et déséquilibrée de l’Islam et des musulmans en attirant l’attention sur le petit groupe de colporteurs qui profitent de la douleur des autres. (#p.20) Pour paraphraser une phrase de Zachary Lockman, professeur d'études islamiques et d'histoire à l'Université de New York, je m'attends à ce que ceux qui voient le monde d'une manière diamétralement opposée à la mienne soient très en désaccord avec ce qui suit. Je me réjouis de leurs protestations. Car s’ils trouvaient mon récit agréable, j’aurais l’impression d’avoir commis une grande injustice. (.36*)
FIN DU TEXTE TRADUIT DE L'INTRODUCTION / PP.1-20 : 'Islamophobia from the War on Terror to the Age of Trump'
C’est un crime que désapprouve l’humanité, l’islam et tous les musulmans ; mais ceux qui ignorent la vérité ne manqueront pas d’en jeter la responsabilité sur le fanatisme religieux. Témoignage oculaire 1915-1916 du génocide des arméniens par le chef bédouin syrien et avocat, Faïez El-Ghocein (Le Caire 1917)

Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Retourner vers « Religion de l'Islam »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités